Les hommes de la grotte

Les hommes de la grotte

Abdullah Ben Omar a rapporté que  l’Envoyé d’Allah (Salla Allah ‘alih wa Salam) a raconté l’histoire suivante : « Tandis que trois hommes se promenaient la pluie les survint et ils entrèrent dans une grotte d’une montagne. Un rocher dévalant de la montagne boucha l’ouverture de la grotte. Les uns dirent aux autres : « Souvenez-vous de bonnes œuvres que vous avez faites et invoquez Allah afin que, contre ces bonnes actions, Il vous débarrasse de ce rocher. »

 

Le premier prit la parole et dit : « Grand Dieu ! J’avais un père et une mère qui était avancés dans l’âge, ainsi j’avais une femme et des enfants, et ils étaient tous à ma charge. Quand je ramenais le troupeau le soir, j’apportais le lait et je le donnais à mes parents avant mes enfants. Un jour, les arbres m’obligèrent à rentrer un peu tard, et comme d’habitude, j’apportais le vase plein de lait, trouvant mes parents endormis, je répugnai à les réveiller comme je répugnai de donner d’abord ce lait à mes enfants qui pleuraient de faim devant moi. Nous restâmes dans cet état jusqu’à la clarté de l’aurore. Grand Dieu ! Si j’ai agi ainsi poussé par le désir de Ta face, écarte ce rocher afin que nous puissions voir le soleil à travers cette ouverture. Le rocher fût à ce moment écarté et on put apercevoir le ciel.

 

Le deuxième, ayant pris la parole à son tour, dit : « Grand Dieu ! J’avais une cousine que j’aimais plus que les hommes aimaient les femmes. Je la sollicitai de se livrer à moi, mais elle refusa jusqu’à ce que je lui apporte cent dinars. Au moment, où j’allai abuser d’elle, elle s’écria : « Ô serviteur d’Allah, crains Allah et ne me déflore pas sans que tu aies le droit de le faire ». Je la laissai partir. Si Tu sais que j’ai fait cela poussé par le désir de Ta face, délivre-nous de cette situation. » Allah alors écarta le rocher un peu plus qu’avant. »

 

Le troisième dit : « Grand Dieu ! J’avais engagé un ouvrier, pour un certain travail, contre un salaire de trois mesures du riz. Quand le travail fût achevé, il réclama son salaire, je lui donnai le riz mais il refusa de le prendre. Et depuis lors je ne cessai de le semer qu’à la fin, et comme la récolte fût très prospère, je pus par son prix avoir un troupeau de vaches et leur berger. Cet ouvrier revint un certain jour et réclama son salaire en me disant : « Crains Allah et ne me prive pas de mon droit. ».Je lui répondis : « Va vers ce troupeau de vaches et prends-le avec son berger ». Il rétorqua : « Crains Allah et ne te moque pas de moi ».Je lui dis : « Je ne me moque du tout de toi, va prendre ce troupeau de vaches et son berger ». Il prit le troupeau et partit. Si Tu sais que j’ai fait cela poussé par le désir de Ta face, délivre-nous de cette situation. Allah alors écarta le rocher (et les trois hommes purent sortir de la grotte) ».

 


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site